17 mars 2010

Le gouvernement lituanien est-il en danger ?

Les grandes manœuvres ont commencé le 23 Janvier 2010, avec la création d’un nouveau parti (un de plus ……) dans le paysage politique lituanien, le Parti des Chrétiens (Krikščionių partija), dont le président est l’ancien Premier Ministre Gediminas Vagnorius (ci-dessous). Dès le départ, ce parti, positionné au centre-droit, a disposé de 12 députés au Parlement (Seimas). Pour essayer de faire simple, disons que ces 12 députés sont des dissidents du parti d’Arūnas Valinskas, le Parti de la Résurrection Nationale (Tautos prisikėlimo partija), dit encore parti du show-bizz.

vagnorius_kopusto2_px600.jpg

Le 15 Mars, le Parti des Chrétiens a annoncé qu‘il passait dans l‘opposition. Le lendemain, le député Vidmantas Žiemelis (ci-dessous) „passait à l‘ennemi“, quittant Tėvynės sąjungos-Lietuvos krikščionių demokratų (TS-LKD – Union de la Patrie), parti principal de la coalition au pouvoir, pour rejoindre le Parti des Chrétiens. Sans lui, la coalition au pouvoir n‘a plus que 70 députés sur 141.

ziemelis_px600_px600.jpg

En fait, l‘opposition, qui etait constituée jusqu‘à présent des Sociaux Démocrates (Lietuvos socialdemokratų partija - Algirdas Butkevičius), du Parti du Travail (Darbo Partija – Viktoras Uspaskich) et du Parti Ordre et Justice (Tvarka ir Teisingumas – Rolandas Paksas) (au total 53 voix), n‘atteint pas la majorité en dépit du renfort des 12 voix du Parti des Chrétiens (total 65 députés). A contrario, les 3 députés de l‘Union Populaire des Paysans ont declaré que, sans rejoindre la coalition, ils soutiendraient son action.

Le Premier Ministre Andrius Kubilius a déclaré que la coalition au pouvoir continuerait son travail et qu‘il laissait les petits calculs à l‘opposition. Quant à elle, le Président du Parlement, Irena Degutienė, a dit que, si coalition au pouvoir et opposition étaient quantitativement équivalents, la coalition était bien supérieure qualitativement......

La session de printemps du Parlement risque toutefois d‘être sportive ! Mais le Seimas risque de passer son temps à ces combines politiciennes, alors qu‘il aurait peut-etre mieux à faire pour sortir la Lituanie de la crise.

seimas_px600.jpg

Commentaires

Laissez les vaquer à leurs occupations politiciennes, avec leur popularité au ras des choux ils ne risquent pas de toute façon y intéresser grand monde. En plus l'actuel Président(c'est bon grammaticalement? :D) semble être plus que disposé à prendre la direction du pays en main.

Écrit par : Audrius | 18 mars 2010

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.